La recette du fraisier limite nervous-breakdown

INGRÉDIENTS (6 PERS.)

Pour le sirop

  • 20 cl d’eau
  • 150 de sucre
  • 1 gousse de vanille

Pour la génoise

  • 4 oeufs
  • 120g de sucre
  • 4 sachets de sucre vanillé
  • 100g de farine
  • 50g de beurre fondu

Pour la crème

  • 40 cl de crème liquide froide
  • 50 cl de lait
  • 4 jaunes d’oeuf
  • 3 feuilles de gélatines
  • 60g de Maizena
  • 80g de sucre
  • 1 gousse de vanille

Pour le montage du gâteau

  • Entre 250 et 500g de fraises selon leur calibre

PRÉPARATION

Avant tout chose, sachez qu’à l’issue de la préparation de cette recette, vous finirez comme ceci :

Si cela ne vous fait pas peur , vous êtes donc parfaitement éligible au niveau de masochisme qu’il est nécessaire de s’infliger pour faire de la pâtisserie.

La recette du fraisier 100% fait maison n’est vraiment pas complexe à exécuter, elle est juste plutôt longue et implique 3 préparations différentes click this over here now. Bref de la pâtisserie quoi : chiant, long, précis, mais le résultat vaut le coup (parole de flemmarde).

Level 1 : “easy” : La première préparation consiste en la confection d’un sirop de sucre. Pour cela, on mobilise peu d’effort : mélangez 150g de sucre avec 20 cl d’eau dans une casserole et portez le tout à ébullition. Une fois que le mélange frémit, réduisez la température pour garder le tout chaud, sans pour autant arriver à l’ébullition. Plongez une gousse de vanille fendue dans le sirop. Conservez cette préparation à chaud jusqu’à ce que vous soyez venu à bout de la deuxième préparation.

Level 2 : “c’est un peu chiant quand même” : On passe à la confection de la génoise. Battez 4 blancs d’oeuf en neige, réservez les jaunes, et ajoutez 40g de sucre + 2 sachets de sucre vanillé. Une fois que le mélange est bien ferme réservez le (il est bien ferme quand il ne tombe pas lorsque vous renversez le saladier. Si le mélange tombe, passez directement au level “crise de nerf” sans passer par la case départ, faites vous l’Everest en tong, brûlez un Mcdo, coursez un phacochère, bref, éloignez vous de la cuisine rapidement).

Dans un autre saladier, mélangez les jaunes avec 80g de sucre + 2 sachets de sucre vanillé, puis ajoutez 50g de beurre fondu et 100 g de farine. Une fois que le tout est bien mélangé et homogène, mélangez cette préparation DELICATEMENT avec les blancs sucrés montés en neige. Le tout, c’est de ne pas casser les bulles des blancs en neige pour conserver l’aspect mousseux de la préparation, qui donnera tout le moelleux à la génoise. Lors que la préparation est mélangée, uniforme et mousseuse, versez le tout dans un plat à allant au four, dont la largeur est supérieure au diamètre de votre cercle à pâtisserie. Enfournez le tout à 190°C sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pendant 10 minutes et NE QUITTEZ PAS LE FOUR DES YEUX. Je parle sérieusement. Cette génoise est traître, elle fout quedalle pendant 9 minutes et en 1 minute elle dore d’un coup. 30 secondes de plus et c’est la catastrophe, vous vous retrouvez avec une génoise cramée. Bref, vous avez passé l’étape du saladier renversé avec des blancs d’oeufs fermes qui ne se cassent pas la gueule, ne pourrissez pas votre session pâtisserie pour une distraction. Une fois que la pâte est cuite, enfoncez le cercle à pâtisserie dans la pâte, et prélevez le cercle de génoise. Renouvelez l’opération deux fois pour obtenir deux cercles de génoise, que vous laisserez refroidir le temps d’exécuter la troisième préparation. Durant le refroidissement des génoises, imbibez les du sirop de la préparation level 1 !

Level 3 : “la pâtisserie, cette discipline impitoyable, salissante, et interminable” : Dernière préparation : celle de la crème. Pour réaliser celle ci, faites d’abord infuser 50 cl de lait avec les graines noires contenues dans une gousse de vanille. Vous les obtiendrez en raclant l’intérieur d’une gousse de vanille fendue en deux à l’aide d’un couteau. Récupérez également la gousse fendue que vous laisserez également infuser avec le lait. Ajoutez au bout de 10 minutes 3 feuilles de gélatine alimentaire ou d’agar agar. Dans un autre saladier, fouettez 4 jaunes d’oeufs avec 80 g de sucre et 60g de Maïzena (fécule de maïs). Ajoutez ensuite le lait infusé à la vanille et fouettez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse sans grumeaux. Transférez ensuite tout ce mélange dans une casserole sur feu doux, et mélangez le tout au fouet comme si votre vie en dépendait. N’interrompez JAMAIS votre geste, si vous voulez avoir une crème lisse et sans grumeaux. Sachez que vous débuterez ici une course de fond… Qui s’interrompra à partir du moment où votre mélange s’épaissira assez pour que votre préparation ait une consistance de crème. Ensuite, versez le tout dans le saladier, et filmez au contact (c’est à dire qu’il faut positionner un film alimentaire directement sur la crème en évitant les bulles d’air entre la crème et le film). Laissez refroidir. Une fois que la crème est à température ambiante, mélangez là vivement avec 40 cl de crème liquide fraiche. Enfin (oui, il y a enfin un “enfin”), placez le tout dans une poche à douille et réservez la poche au congélateur.

Epilogue : On passe à l’étape du montage, et c’est à mon sens l’étape la plus cool de toute la recette. Le truc, c’est que vous aurez tellement galéré pour arriver jusqu’à cette étape que le plaisir du montage s’apparente à une gorgée d’eau après une traversée de l’Arizona en sandales. Mais bon, le vrai plaisir vient après. Positionnez donc un premier cercle de génoise au milieu d’un joli plat, et plaquez des fraises coupées en deux tout le long du cercle à pâtisserie que vous aurez placé sur la génoise. Une fois que le tour intérieur du cercle à pâtisserie est couvert de fraises, découpez les fraises restantes en cubes que vous placerez sur la génoise, jusqu’à la recouvrir entièrement. Ensuite, saisissez vous de la poche à douille et tentez (je dis bien, tentez) de remplir toute la hauteur du cercle à pâtisserie avec la crème à la vanille sans vous en foutre plein la gueule. Si vous y arrivez, c’est que vous vous appelez Mercotte et que vous n’avez rien à faire ici. Mercotte, toi et ton sourire pincée, tes glaçages miroirs parfaits, je te hais, sache le. Une fois que c’est fait, égalisez la hauteur de la crème et recouvrez cette dernière par l’autre cercle de génoise. Votre fraisier prend forme, vous avez la larme à l’oeil et c’est bien normal. Ce fut une gestation longue, et l’accouchement est un accomplissement.

Une fois que le deuxième cercle de génoise est placé, ajoutez des éléments de déco kawai lolilol (question de témoigner d’un instant heureux et léger lors de la confection de ce gâteau, permettant d’illusionner vos invités sur la réalité de ce que vous avez vécu : une crise de panique massive doublée de bouffées psychotiques. A ce propos, je pense que Mercotte est un bot. Ce n’est pas possible autrement.)

Rangez votre petite merveille au frais, et ne retirez le cercle à pâtisserie qu’après une nuit au frigo. Lors du démoulage, rappelez vous toute l’énergie, la concentration et la souffrance que vous avez vécu la veille. Cela vous incitera à y aller doucement avec toute la délicatesse du monde 🙂

Pour finir, lorsque vous recevrez fleurs et éloges sur votre création merveilleuse, n’oubliez pas de dire que la recette était très simple et que vous avez fait ce fraisier en un tour de main.

Leave a Reply

Your email address will not be published.